Un bon coup de peigne au gazon

Opération  nécessaire  pour  éliminer  la  mousse  et  tous  les  déchets  des  tontes  régulières  de  l’été, elle  s’effectue  idéalement  deux  fois  par  an: au  printemps  et  en  automne. En  fonction  de  l’étendue  de  votre  gazon, vous  opterez  pour  l’outil  manuel, sorte  de  râteau  aux  lames  plus  fines, le  scarificateur  électrique  et  si  la  surface  l’exige, vous  utiliserez  l’engin  à  moteur  thermique ( photo ci-dessous ) que  vous  trouverez  à  des  prix  raisonnables  dans  des  centres  de  bricolage  ou  de  location  de  matériel. Pour  une  journée, il  vous  en  coûtera  de  40  à  60  €.

Ce  « coup  de  peigne »  nécessitera  deux  passages  dans  les  deux  sens, suivis  de  ramassage  des  déchets  avec  la  tondeuse. Cela  vous  donnera  un  volume  d’herbe  et  de  mousse  que  vous  incorporerez  à  votre  compost  en  couches  régulières  et  que  vous  pouvez  également  utiliser  en  mulching  dans  vos  plate-bandes. Je  vous  conseille  néanmoins  d’ éliminer  le  produit  de  votre  première  tonte, celui-ci  contient  en  effet  les  graines  des  nombreuses  herbes  indésirables. Vous  pouvez  également  conserver  l’excédent  dans  un  coin  du  jardin  pour  l’ajouter  au  compost  durant  tout  l’hiver  en  alternant  couches  de  broyat, déchets  de  cuisine  et  paille.

Voici  une  vue  du  jardin  après  l’ opération  réalisée  le  17/4/2020  avec  un  scarificateur  électrique plus  silencieux  et  léger  à  manipuler. Le  seul  inconvénient  étant  l’ attention  à  porter au  fil  électrique.

scarification pelouse

Il  vous  restera  à  épandre  du  compost  ou  un  bon  engrais  organique  à  action  lente  pour  voir  votre  gazon  rajeuni  et  prêt  à  embellir  votre  décor  quotidien.

Bon  courage  pour  ce  travail  assez  conséquent  et  à  bientôt  pour  d’ autres  photos  et  infos.

        Patrick  depuis  un  jardin  d’ Obigies.

Taille des arbres fruitiers à pépins

Le  proverbe  nous  dit :  » Taille  tôt, taille  tard  mais  rien  ne  vaut  la  taille  de  mars ». Le  mois  de  mars  est  propice  à  la  taille  en  général  et  avec  les  températures particulièrement basses  ces  dernières semaines,, le travail s’ est achevé un peu plus tard que les années  précédentes. Je parle ici de la  taille  des  arbres  fruitiers ( fruits  à  pépins: pommiers, poiriers ), les arbres fruitiers à noyaux ( cerisiers, pruniers, pêchers ) sont taillés après la récolte, en automne

Avec les températures étonnamment douces de février, nous pouvions craindre une montée de sève trop précoce avec un risque d’ avancement des  bourgeons et de gel tardif, mais la croissance des bourgeons fut conforme à la saison. Il nous reste à croiser les doigts afin de ne pas subir de gelées au mois d’ avril.

Cet  exercice est indispensable  au  développement  harmonieux  des  fruitiers, mais doit être réalisé de préférence dans  l’ après-midi, en  dehors  des  périodes de gel. Les arbres à Obigies sont des  pommiers  et  poiriers  basse-tige.

Le  pommier  « Belle  de  Boskoop »  a  maintenant  sa  structure  définitive  et  je  me  contente  de  privilégier  la  lumière  en  son  centre  et  à  raccourcir  ses  rameaux  les  plus  vigoureux. Le  voici  après  la  taille.

Le pommier  » Reinette  étoilée » ( ci-dessous )  est quelque peu décevant, j’ ai éliminé une des branches charpentières et raccourci les branches terminales, il  est très vigoureux et nécessite chaque année une taille importante.

      Les deux plus jeunes pommiers, Belle fleur et  » Court pendu  » ont remplacé deux arbres au rendement décevant ,un pêcher et un prunier.

Les deux poiriers,  » Doyenné de Comice  » et  » Conférence « , sont les stars du petit verger. Ils ont leur dimension définitive et la taille consiste à éliminer le bois mort, raccourcir les jeunes rameaux de l’ année précédente et éviter tout croisement et contact entre les branches.

Tout  en  n’étant  pas  spécialiste  de  la  taille  des  fruitiers, les  lectures  et  une  certaine  expérience  dans  l’exploitation  d’un  ancien  verger, me  guident  dans  ce  travail  que  j’apprécie  beaucoup. Guider  un  jeune  arbre  ou  redonner  une  belle  forme  à  un  arbre  plus  ancien  et  négligé  m’apportent  toujours  beaucoup  de  satisfactions.

      Quelques  principes doivent  nous  guider  dans  nos  interventions:

Il  vaut  mieux  tailler  moyennement  chaque  année   plutôt  que  d’intervenir  plus  lourdement  après  quelques  années. Autrement  dit, il  est  préférable  d’utiliser  le  sécateur  plutôt  que  la  tronçonneuse.

Il  est  nécessaire  d’observer  régulièrement  et  de  prendre  du  recul  pour  mieux  discerner  et  donc  éliminer  les  rameaux  ou  branches  gênantes, blessées, se  frottant  aux  autres  ou  orientées  vers  le  centre  de  l’arbre. La  lumière  doit  pouvoir  pénétrer  au  centre  de  l’arbre, dans  le  cas  contraire, les  fruits  obtenus  seront  chétifs  et  peu  goûteux. Suivant  le  diamètre  des  tiges  et  branches, vous  utiliserez  le  sécateur  ou  la  scie  égoïne. Sur  les  photos  ci-dessous, j’ élimine  des   » gourmands « , rameaux  de  l’ année  poussant  à  la  verticale  et  ne  donnant  pas  de  bourgeons  à  fruit. Comme dirait Nicolas le jardinier du site Rustica:  » les oiseaux doivent pouvoir voler et traverser l’ arbre sans s’ accrocher les ailes « 

Il est  nécessaire  de  raccourcir  au  moins  d’un  tiers, les  rameaux  de  l’année  que  vous  désirez  conserver. Dans  le  cas  contraire, votre  arbre  basse-tige  ou  demi-tige  va  s’élancer  et  filer  trop  en  hauteur. Ci-dessous, le  dernier  coup  de  sécateur  en  prenant  soin  de  le  pratiquer  juste  au-dessus  d’ un  bourgeon  orienté  vers  l’ extérieur.

Les  arbres  pré-formés  en  pépinières  sont  évidemment  plus  faciles  à  entretenir  que  de  jeunes  arbres  de  plein  vent  qui  prendront  la  forme  et  la  taille  que  vous  aurez  décidé.

Un  principe  de  base  est  de  couper  en  hiver (hors  gelées)  tous  les  rameaux  poussant  à  la  verticale (rameaux  dits  « à  bois »)  pour  ne  laisser  que  les  rameaux  poussant  à  l’horizontale  ou  vers  le  bas  qui  seront  eux, porteurs  de  fruits. On  peut  également  déformer  des  rameaux  en  les  orientant  vers  le  bas  afin  d’accélérer  l’évolution  des  bourgeons  en  yeux  à  fruits: on  parle  d’arcure.

Voici une vue générale du verger, taille terminée et parachevé par la première tonte.

Vous  trouverez  de  nombreux  articles  et  ouvrages  plus  ou  moins  accessibles  sur  ce  sujet  mais  après  quelques  recherches, j’ai  trouvé  sur  wikipédia des  précisions  et  un  schéma  très  clair  précisant  les  rameaux  à  privilégier  et  ceux  à  éliminer.

Un  de  mes  derniers  achats  sur  ce  thème  est  le  « Guide  complet  de  la  taille  » de  Richard  Bird  aux  Ed. Sélection  du  Reader’s  Digest.

Je  vous  en  souhaite  bonne  lecture, bonne  analyse  et  après  vous  être  muni  de  votre  sécateur, bon  travail  de  taille. N’oubliez  pas  de  broyer  vos  rameaux ( s’ ils  sont  sains )  et  de  répandre  au  pied  de  vos  arbres  et  arbustes  le  broyat  ainsi  obtenu.

A  très  bientôt  pour  d’ autres  nouvelles, astuces  et  photos !

            Patrick  depuis  un  jardin  d’ Obigies

Taille du lierre, cette plante controversée

L’ utilisation du lierre au jardin suscite encore la controverse. Cette plante à la croissance rapide est souvent critiquée en raison de sa tendance à envahir, à couvrir les murs et les sentiers. Ses défenseurs dont je fais partie, apprécient le vert tendre de ses jeunes feuilles lors de la repousse printanière. Elle s’ accommode de tout type de sol et accepte aussi bien l’ ombre que le soleil.

Lire la suite « Taille du lierre, cette plante controversée »

A la Ste Catherine, tout bois prend racine …

Plantation d'un arbre fruitier basse-tige au jardin d'Obigies

Le  25  novembre  approche  et  malgré  une  petite  polémique  sur  le  sujet, le  vieil  adage  semble  bien  se  vérifier: le  temps  est  propice  aux  plantations  et  spécialement  aux  variétés  aux  racines  nues, nettement  moins  chères  et  promises  à  une  reprise  plus  sûre  vu  l’ humidité  et  la  température  de  la  terre. N’ hésitez  pas  à  consulter  votre  pépiniériste  le  plus  proche.

J’ en  profite  pour  vous  représenter  la  note  publiée  il  y  a  quelques années, sur  la  plantation  d’ un  jeune  arbre  fruitier,  un pêcher basse-tige  » Reine du verger « , reprécisant  en  photos  les  principales  étapes.

Lire la suite « A la Ste Catherine, tout bois prend racine … »

Calme relatif au potager

Si avec l’ automne et ce temps maussade, les allers-retours au potager sont moins fréquents, il est encore possible d’ y être actif et y trouver encore du plaisir. A Obigies, je peux y récolter poireaux d’ hiver et jusqu’ aux premières gelées, scaroles, salades  » pain de sucre « , tomates cerises, carottes, céleris verts, betteraves rouges, basilic et persil. Je viens également de planter 2 lignes de fraisiers et l’ ail y trouvera bientôt sa place.

Lire la suite « Calme relatif au potager »

La taille des haies

IMG_3884

En  cette  fin  de  mois  de  juillet  et début du mois d’ août, à  la  météo  plutôt  méditerranéenne, les  travaux  au  jardin  ne  manquent  pas: récolte  des  légumes : haricots, courgettes, tomates  et  des  fruits  rouges: fraises, groseilles,   framboises et  myrtilles, maintien  de  la  propreté   des  parterres, arrosage  raisonné  au  potager  mais  avec  la  taille  des  haies, les  travaux deviennent  plus  physiques  et  exigent  plus  de  matériel  et  de  mesures  de  sécurité.

Lire la suite « La taille des haies »

Le potager et la sécheresse estivale

Avec la sécheresse de cet été, le potager, dont vous voyez ici une vue générale, nécessite un paillage et un arrosage réguliers. La première taille des haies basses et la capacité des citernes ( 20.000 L) me permettent de maintenir une croissance des légumes même si certains semis comme ceux des haricots ont rencontré quelques problèmes.

Le premier carré ( à G. sur la photo d’ en-tête ) a accueilli 2 lignes de pommes de terre: Esterling rouge et jaune avec une récolte très moyenne en raison de la sécheresse. Ont succédé les poireaux d’ hiver, très vite paillés. La rangée de framboisiers, à leurs côtés, achève sa production et profitera très prochainement de l’ élimination des tiges de l’ année pour laisser la place aux jeunes tiges qui ont poussé au centre.

Le deuxième carré ( à l’ avant-plan et à D. sur la photo d’ en-tête ) accueille les semis de printemps: radis, laitue à couper, carottes et jeunes plants de tomates, issus de semis spontanés et forcément moins vigoureux que les plants contre l’ abri de jardin, profitant d’ une protection de la pluie et du vent du Nord. La 2ème bande de ce carré voit une croissance spectaculaire de 2 plants de courgettes et de laitues.

Le 3 ème carré ( en haut à D. sur la photo d’ en-tête ) sur une première bande préparée sans compost maison, voit enfin les haricots princesse pousser. C’ est avec un peu de retard en raison d’ un semis en 2 temps. Sur la deuxième bande, j’ ai récolté de belles échalotes mais trop peu d’ ail, malgré la promesse d’ un beau rapport à leur sortie d’ hiver. Le terrain libéré m’ a permis d’ y repiquer des laitues  » Pain de sucre « , des endives et quelques betteraves rouges. La petite surface libre me permettra de semer prochainement épinards et mâche.

Le 4 éme carré ( en haut à G. sur la photo d’ en-tête ) accueille la petite pépinière et les groseilliers à maquereau qui m’ ont offert une très belle récolte ( 5 kg ), sitôt valorisée en confiture succulente.

C’ est ici que s’ achève le petit tour du potager. Je vous souhaite de belles récoltes, des visites agréables avec des échanges intéressants avec membres de votre famille et amis. Prenez soin de vous et de votre petit ou grand coin de paradis et je vous dis à bientôt pour d’ autres notes et photos. La petite parcelle fleurie des papillons et insectes nous promet de belles observations.

Patrick depuis un jardin d’ Obigies.

Lutte contre la propagation des bambous

Vous trouverez sur le blog d’ autres notes sur la surveillance nécessaire des bambous et de leur développement parfois problématique mais voici en photos la description d’ un nouvel épisode de mon combat contre le développement anarchique des bambous et plus spécialement du Hibanobambusa tranquillans shiroshima qui embellissait le parking devant la maison.

Lire la suite « Lutte contre la propagation des bambous »

Traitement hivernal des arbres fruitiers

Si  la  rigueur  hivernale  ne  vous  a  pas  encore   permis  de  préparer  vos  arbres  fruitiers, il  n’ est  pas  trop  tard  mais  il  est  temps  d’ effectuer  quelques  travaux. 

En  effet, avant  de  traiter  les  arbres  fruitiers  contre  les  oeufs  et  larves  de  parasites  et  spores  de  maladies, il  est  indispensable  d’ éliminer  au  maximum  les  lichens  et  mousse  présents  sur  le  tronc  et  les  branches  charpentières. Si  ceux-ci  ne  sont  pas  directement  dangereux, ils  peuvent  abriter  les  oeufs  et  larves  des  parasites  qui  attendent  les  premières  chaleurs  pour  éclore  et  coloniser  nos  arbres  fruitiers. J’utilise  ici  une  brosse  ménagère  aux  poils  plus  rigides, régulièrement  trempée  dans  l’eau  mais  pas une  brosse  de  fer  qui abîmerait  l’écorce.

Cette  première  opération  terminée, j’ applique  sur  le  tronc  et  les  branches  charpentières, au  moyen  d’une  brosse  aux  poils  souples, un  badigeon  de  chaux. Effectuez  votre  mélange  en  ajoutant  à  la  chaux, de  l’eau  pour  obtenir  un  lait  épais  qui  ne  ruissellera  pas  trop  quand  vous  l’appliquerez. Cette  opération  doit  bien  évidemment  se  pratiquer  par  temps  sec  afin  que  le  badigeon  de  chaux  sèche  et  reste  bien  appliqué  sur  l’écorce.

Précaution  importante: munissez-vous  de  gants  et  lunettes  de  protection  afin  d’éviter  des  brûlures.

Il  vous  reste  alors  à  appliquer  le  traitement  hivernal  de  votre  choix  en  sachant  que  vous  trouvez  maintenant  dans  les  jardineries  spécialisées  des  huiles  à  base  de  paraffine, respectueuses  de  notre  environnement. C’est  le  traitement  appliqué  ici  à  Obigies.

Précautions  importantes: Tenez  compte  de  la  météo: reportez  votre  traitement  en  cas  de  grand  vent, de  prévision  de  pluie  et  en  cas  de  température  trop  basse. Afin  d’obtenir  un  résultat  optimal, veillez  à  lire  attentivement  la  notice  d’utilisation  du  produit  choisi.

Pour  terminer  votre  travail, éliminez  les  herbes  indésirables  et  épandez  du  compost  bien  décomposé. Je  plante  également  de  l’ ail  et  laisserai  se  développer  des  capucines, fleurs annuelles comestibles , qui  attireront  les  pucerons, apporteront  au  verger  de  la  couleur  tout  l’été  et  ce  jusqu’aux  premières  gelées. Une note récente leur est consacrée.

Mais  cette  lutte  contre  les  parasites  doit  être  complétée  par  l’ accueil  de  nos  alliés  naturels: oiseaux  insectivores, chauve-souris, coccinelles, chrysopes  et  perce-oreilles. Mettons  à  leur  disposition  des  abris  naturels: haies, tas  de  bois, fagots  de  rameaux  à  bois  creux, bûches  percées  de  trous. Installons  nichoirs  et  mangeoires  lors  des  grands  froids.

Profitons des journées hors-gel pour achever les tailles d’ arbustes à floraison estivale, les vignes, glycines, arbres palissés mais patientons jusqu’ en mars pour les arbres fruitiers ( pommes, poires ), les rosiers et Hydrangeas.

Que votre année 2020 soit belle et agréable au jardin ! A bientôt pour d’ autres notes et photos.

Patrick  depuis un jardin d’ Obigies