La Symphorine : une plante attrayante et utile aux insectes et oiseaux

Je ne vous ai pas encore présenté cette plante décorative et intéressante pour les insectes pollinisateurs et les oiseaux: la Symphorine – Symphoricarpos variété  » Scarlet Pearl «  à Obigies. Vous l’ apercevez ici plus haut comme elle se présente mi-juin, dans un beau volume mais pas encore en fleurs.

La Symphorine offre ses petites fleurs roses regroupées en épis au bout de leurs rameaux. Gracieuses et spectaculaires, elles seront suivies par des fruits globuleux roses (pour la variété ici présentée) ou blancs de 8 mm de diamètre, très décoratifs de septembre à février. Ces fruits sont toxiques pour les humains mais ils raviront les oiseaux durant l’ hiver. Les branches très ramifiées sont duveteuses et portent des petites feuilles opposées ovales ou arrondies, vert bleuté qui prennent une couleur jaune, décorative dès l’ automne.

Plante peu exigeante au niveau de la terre, elle se plait au soleil ou à la mi-ombre sous de grands arbres. Elle est également utilisée pour fixer des talus. A Obigies, je l’ utilise sur une petite butte sous la forme d’ un petit massif composé de 3 sujets ( voir 1ère photo ), taillés chaque printemps à 20-30 cm en boule comme pour les graminées .

Elle est également utilisée autour du car-port, sous la forme d’ une deuxième haie de 1 m de hauteur, à l’ arrière d’ une haie basse composée de Lonicera Pileata.

On peut dire que la Symphorine est rustique, vigoureuse, avec une tendance à se propager spontanément par racines souterraines ou par marcottage. Cette propriété de se développer me permet chaque année de pouvoir offrir de jeunes drageons aux amis et visiteurs de passage. N’ hésitez pas à l’ introduire dans votre jardin, les abeilles, bourdons, papillons en été et les oiseaux en hiver en seront ravis.

Réf. bibl.:  » Arbustes ornementaux «  de Vaclav Vetvicka Adaptation française de Marie-Jo Dubourg aux Ed. Gründ et « Arbustes de France «  de L.Baudot,M.Beauvais,J.Gourier aux Ed. Artémis

A bientôt pour d’ autres infos et photos depuis un jardin d’ Obigies ! Merci de votre intérêt pour ce blog, n’ hésitez pas à réagir et partager vos propres expériences.

Patrick

Le Malus ou pommier ornemental: un arbuste à la floraison généreuse

En ce jour de Pâques, un arbuste illumine une partie du jardin par sa floraison rose ensuite blanche à l’ ouverture des boutons: le Malus ou pommier ornemental variété Evereste.

La plupart des pommiers d’ ornement, excepté quelques variétés à petit développement, ne restent arbustifs que durant leurs premières années. Ils deviennent ensuite de très jolis petits arbres et comme le sujet ici présent à Obigies, est particulièrement vigoureux, c’ est au prix d’ une taille printanière sévère que je parviens à le maintenir à une taille raisonnable pour l’ ensemble du massif au sein duquel il trône.On trouve de nombreuses variétés aux couleurs de fleurs et fruits, différentes. Je ne vous les citerai pas, vous les trouverez illustrées sur les nombreux sites de jardineries et pépinières spécialisées. Durant l’ été, afin de lui conserver une forme plus compacte, je taille les pousses de l’ année à la base.

Je le nomme également le garde-manger des oiseaux et plus spécialement des merles qui se gavent de ses fruits durant tout l’ hiver. Ces fleurs sont également appréciées par tous les insectes pollinisateurs, comme toutes les fleurs de nos arbres fruitiers.

Si le Malus peut être planté et mis en évidence sur une pelouse, notre sujet d’ Obigies a trouvé place dans un massif, à l’ arrière-plan de graminées légères les Stipa tenuissima et de vivaces à floraison blanche les Gaura Lindheimeri en début de croissance pour le moment et à l’ avant-plan d’ un autre arbuste admirable que vous pouvez voir à G. sur la photo: le Viburnum plicatum Mariesii à la généreuse floraison blanche. Il peut également être intégré à une haie libre qui peu taillée attirera et hébergera une faune très diversifiée.

Le pommier ornemental se développe facilement dans une terre riche et fraîche tout au long de la saison mais il peut souffrir lors des sécheresses prolongées, c’ est pourquoi, comme dans tous mes parterres, je maintiens l’ humidité par une couverture de BRF ( broyat ) et de fines couches d’ herbe tondue que je renouvelle régulièrement.

En conclusion, si vous désirez profiter d’ une plus abondante floraison printanière et de nourriture vitaminée pour vos oiseaux de passage, n’ hésitez pas à lui trouver une petite place au jardin. Vu l’ avancement de la saison, vous ne trouverez plus de sujet à racine nue mais certaines pépinières, lorsqu’ elles rouvriront, vous proposeront des sujets en conteneur. Vous devez savoir qu’ à ce moment-là, vous devrez pailler et arroser régulièrement votre nouvel invité car le développement de ses racines a été limité par la taille de son conteneur.

Je vous souhaite beaucoup de plaisir à planter, semer et récolter et partager le fruit de vos travaux. A bientôt pour d’ autres nouvelles, astuces et photos depuis ce petit bout de terre situé au pied de notre colline tournaisienne, le mont St Aubert. N’ hésitez pas à réagir et à me laisser une petite trace de votre passage sur le blog.

Si vous désirez être informés des parutions suivantes, vous pouvez vous inscrire à la newsletter en cliquant sur la petite fenêtre  » suivre «  en bas à droite de votre écran.

Réf.Bibl.: Un excellent livre que je vous recommande:  » Arbustes, mode d’ emploi  » de Didier Willery aux Ed. Ulmer

Heureuse fête de Pâques !

Patrick

Le Lonicera : une alternative intéressante au Buis

Au moment où la Pyrale du Buis cause d’ énormes dégâts dans nos jardins, se pose le problème du remplacement de cet arbuste mis en valeur dans les jardins  » à la Française « . Si le jardin à Obigies ne compte que deux sujets et si j’ avoue que je ne suis pas fan d’ un arbuste qui dégage, lorsqu’ on l’ effleure, une odeur pas trop agréable, je suggère le Lonicera aux amis qui me demandent conseil.

La variété présente ici est le Lonicera Pileata appelé également le Chèvrefeuille cupule ou Chèvrefeuille à feuilles de troène, arbuste de la famille des caprifoliacées . Ses feuilles, ovales et d’ un beau vert brillant sont persistantes et légèrement plus grandes que celles du Lonicera nitida.

Ses minuscules fleurs sont blanches et malgré leur discrétion, elles exhalent, comme comme la plupart des chèvrefeuilles, un parfum très agréable. A ces fleurs printanières, suivront des petits fruits en forme de petites baies bleues, très appréciées des oiseaux.

Cet arbuste est rustique et de culture facile. Il préfère les sols bien drainés et se plait à mi-ombre comme en plein soleil. Il est essentiellement utilisé en haie basse comme sur la photo ci-dessus, en bordure de parterres et en couvre-sol très dense où il permettra de stabiliser efficacement les talus ( voir photo ci-dessous prise dans le jardin de mes parents à Tournai ) et constituera un excellent refuge pour les oiseaux et autres petites bêtes présentes au jardin. Les amateurs de bonsaï choisiront le cultivar  » Twiggy «  qui se prêtera encore mieux que les autres à cette taille un peu particulière.

Si je devais citer un seul inconvénient à l’ utilisation de cet arbuste, ce serait la nécessité de le tailler plusieurs fois, tellement sa croissance est rapide. Son broyage aisé constituera un paillage intéressant pour vos parterres.

Profitez bien de votre jardin et des longues soirées d’ été en famille ou avec vos amis . A bientôt pour d’ autres nouvelles et photos depuis un jardin d’ Obigies.

Patrick

Palissade de charmes fastigiés – Hekwerk van Carpus betulus fastigiata

Charmes fastigiés ( Havinnes - 13/10/2018 )         Désirant  préserver  un  minimum  d’intimité  par rapport  à  une  route  très  fréquentée, ma  belle-fille  Aline  m’ avait  demandé  un  écran  de  verdure  ne  dépassant  pas  la  taille  de  2 m, le  long  de  sa  maison  et  de  sa  terrasse.

Après  discussion  avec  Jean-Philippe  Bonnet,  mon  ami  pépiniériste  de  Lesdain, nous  avions  opté  pour  le  charme  fastigié  à  port  côniqueCarpus betulus Fastigiata  appelé  également  charme  pyramidal. Voici  en  quelques  photos  l’ implantation  de  cette  palissade  et  quelques  photos  printanières. La  photo  d’ en-tête, prise  récemment ( octobre  2018 )  vous  donne  le  résultat  actuel.

Lire la suite « Palissade de charmes fastigiés – Hekwerk van Carpus betulus fastigiata »

Taille d’entretien de la glycine

4926

Si  vous  voulez  profiter  d’ une  deuxième  floraison  de  votre  glycine ( ici une Wisteria  sinensis ), il  est  indispensable  de  limiter  la  croissance  un  peu  trop  exubérante  de  cette  généreuse  plante-liane.

En  effet  après  avoir  pu  apprécier  ses  belles  grappes  bleutées  et  très  odorantes, vous  avez  certainement  été  occupés  par  d’autres  travaux  d’entretien  et  au  moment  où  vous  apercevez  de  nouvelles  grappes  florales, vous  constatez  une  croissance  anarchique  des  jeunes  rameaux  qui  tentent  d’accrocher  le  moindre  support.

Quelques  conseils  d’entretien: Afin  de  favoriser  la  multiplication  des  boutons  floraux, il  est  conseillé  de  couper  les  nouvelles  pousses  et  de  réduire  à  20  cm  l’ensemble  de  ses  tiges  qui  se  lancent  dans  le  vide. Si  vous  désirer  la  conduire  sur  des  supports, le  palissage  à  l’horizontale  favorisera  sa  floraison. La  conduite  sur  supports  verticaux  est  également  envisageable.

4927

Votre  glycine  préférera  un  sol  sablonneux  et  pas  trop  calcaire. Si  elle  ne  vous  offre  que  trop  peu  de  fleurs, c’est  peu-être  lié  à  une  mauvaise  exposition: trop  ombragée  ou  trop  exposée  au  courants  d’air  ou  à  un  sol  trop  riche  qui  favorise  la  croissance  des  tiges  et  des  feuilles  et  non  l’apparition  des  grappes  florales.

Si  le  feuillage  jaunit (chlorose), arrosez  avec  un  produit  anti-chlorose  et  après  la  floraison, apportez  un  engrais  complet, pauvre  en  azote. La  glycine  ici  à  Obigies  ne  reçoit  que  du  compost  maison  bien décomposé  pendant  l’hiver.

A  bientôt  pour  d’ autres  conseils  et photos  depuis  Un  jardin  d’ Obigies !

Patrick

Ceanothus thyrsiflorus repens : un peu de Californie dans votre jardin …

IMG_4593

Cet  arbuste  à  feuillage  persistant, appelé  également  Lilas  de  Californie, nous  offre  actuellement  ses  ravissantes  et  minuscules  fleurs  bleues. Si  le  sujet  présenté  ici  semble  buissonnant  avec  des  rameaux  retombants, certains  cultivars  présentent  un  port  plus  dressé.

Lire la suite « Ceanothus thyrsiflorus repens : un peu de Californie dans votre jardin … »