Le retour de Martin … le pêcheur

Martin-pêcheur ( Un jardin d' Obigies - B. - 12/11/2018 )

Il  s’ était  montré  plus discret cette année mais  depuis  quelques  jours, il  a  retrouvé  le  chemin  de  la  mare  et  le plaisir de la pêche aux  poissons  rouges .Cet  après-midi, je  l’ attendais, posté  à  la  fenêtre  ouverte  du  salon  et  muni  du  téléobjectif. La  chance  m’ a  souri  car  la  vue  de  la  « flèche  bleue »  est  une  aubaine  pour  tout  amoureux  de  la  nature  et  passionné  d’ oiseaux.

Mais  faisons  plus  ample  connaissance  avec  cet  oiseau  trapu (17 à 19 cm)  au  long  bec (4 cm) et à l’ envergure de 24 à 26 cm. S’ il  niche  le  long  des  petits  et  moyens  cours  d’ eau  lents  bordés  d’ arbres, on  peut  toutefois  l’ observer  au-dessus  des  mares, mais  il  faut  pour  cela  installer  un  support, ici  un  bambou. Occasionnellement, il est capable de pratiquer un vol stationnaire.

Sur son perchoir, il fait preuve de patience. Immobile, il  guette  les  petits  poissons  qu’ il  capture  après  un  plongeon  vertical  et  revient  se  percher  sur  son  support  pour  assommer  sa  proie  en  la  frappant  sur  son  perchoir  et  l’ engloutir  tête  la  première  pour  ne  pas  se  blesser  avec  les  écailles. Je  n’ ai  pas  encore  eu  la  chance  d’ assister  à  » l’ offrande « , c-à-d. le  moment  où  le  mâle  offre  un  poisson  à  son  élue, scellant  ainsi  l’ union  précédent  l’ accouplement.

Martin-pêcheur à ObigiesEn Europe, sa période de reproduction est de mars à juillet et généralement, il élève deux nichées successives. Ce  qui  le  distingue  également  d’ autres  oiseaux  est  qu’ il  creuse  son  nid  dans  les  berges  sablonneuses, sous  la  forme  d’ un  tunnel  long  d’ un  mètre  aboutissant  au  nid. La femelle pond de 5 à 7 oeufs que le couple couve tour à tour. L’ incubation dure environ 3 semaines, les  oisillons  seront  nourris  de  petits poissons et quitteront le nid à l’ âge de 4 semaines. Vu les déjections de la première nichée, la deuxième nidification se fera dans un autre nid et le mâle assurera seul le nourrissage des premiers jeunes encore dépendants tandis que la femelle s’ investira dans la seconde reproduction.

Leur  mortalité  est  importante  lors  des  hivers  rigoureux, le  gel  les  empêchant  de  se  nourrir. C’ est  pourquoi, la  pompe  reste  active  lors  des  périodes  de  gel, laissant  ainsi  les  poissons  de  la  mare, accessibles  à  mon  invité  coloré.

Martin pêcheur ( Obigies - 6/10/2017 )

Je  vous  souhaite  l’ immense  plaisir  de  le  rencontrer  lors  de  vos  balades, cette  flèche  bleue  volant  au-dessus  de  l’ eau  est  remarquable. Perché, il  le  sera plus  encore  par  les  couleurs  plus  verdâtres  plus  difficiles  à  repérer.

Bibliographie:  » Le  guide  ornitho  » de K. Mullarney, L. Svensson, D. Zetterström, P-J. Grant  aux Ed. Delachaux  et  Niestlé

A  bientôt  pour  d’ autres  photos  et  nouvelles  du  jardin !

Patrick

6 commentaires sur “Le retour de Martin … le pêcheur

  1. Sublime ! Chez nous aussi, il s’était fait discret mais il est revenu, plus fidèle que jamais. Je n’ai pas vu le cadeau de l’amoureux à sa belle mais j’ai eu la chance de voir deux martins-pêcheurs voler en grands cercles au ras de la surface de l’étang. J’ignore s’il s’agissait d’une danse nuptiale mais le spectacle est inoubliable.
    Merci ces éclats de paradis !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s