La mare très fréquentée

Malgré le radoucissement des températures en ce début d’ automne, la mare nous permet d’ observer les baignades d’ oiseaux dont la Grive musicienne et la plus élégante, la Bergeronnette des ruisseaux, sans doute attirée par le bruit de la petite chute d’ eau.

Vu le beau monde à la mare, le Merle noir se contente de la petite vasque en grès.

Les Pigeons ramiers ne sont pas non plus les derniers à en profiter.

Et je peux vous ajouter un dernier visiteur au vol majestueux, grand amateur de nos poissons rouges et pêcheur efficace de surcroît: le Héron cendré, ici en visite matinale .

Gardez votre paire de jumelles à portée de mains car en cette période migratoire, si votre jardin peut encore leur offrir le gîte et le couvert, vous aurez peut-être le plaisir d’ observer quelques oiseaux de passage.

A bientôt pour d’ autres nouvelles et photos depuis un jardin d’ Obigies.

Patrick

Un bouquet coloré dans la mare: « Schizostylis coccinea « 

La  mare se pare actuellement de couleurs rose et rouge  avec  la  floraison  tardive  du  Schizostylis  coccinea. Cette  élégante  plante  vivace, de la famille des Iridacées, à  souche  rhizomateuse, porte  de  magnifiques  fleurs  roses, rouges ou blanches  étoilées, en  épi  à  la  manière  d’un  glaïeul. On  l’appelle  aussi  le  Petit  glaïeul  d’eau. Elle  est  originaire  d’Afrique  du  Sud  où elle pousse spontanément le long des cours d’ eau . 

Elle  demande  une  exposition  ensoleillée  et  supporte  une  immersion  de  – 10 cm mais se plait également en pleine terre, à proximité de milieux humides car elle apprécie les sols frais. Son développement nécessite  une  protection  sous  climat  froid  car  elle  n’est  rustique  que  jusqu’à  – 15°, ce  qui  dans  notre  petite  Belgique, ne  devrait  pas  poser  trop  de  problèmes. 

Mesurant plus ou moins 60 cm, le Shizostylis présente des épis composés d’ élégantes fleurs en forme d’ étoiles. Sa floraison s’ étend théoriquement de septembre à novembre mais en cas d’ hiver doux, celle-ci peut se prolonger. Ses  longues  feuilles  étroites, vert  printemps,  forment  rapidement  des  touffes  vigoureuses nécessitant une division tous les trois ou quatre ans. Cette année, la floraison débuta en juillet. La  multiplication  se  fait  par  séparation  de  rejets  et  on  compte en pleine terre 10  plants  au  m2.

Il  existe  différents  cultivars: – « Alba » est  un  très  beau  cultivar  à  fines  fleurs  blanches

« Major » donne  de  grandes  fleurs  rose  vif

                                           « November Cheer »  possède  des  fleurs  rose  tendre

                                           « Sunrise » donne  des  fleurs  rose  saumon

                                           « Vicountess Byng »  a  des  fleurs  à  pétales  étroits  rose  pâle.

Si  vous  possédez  d’autres  variétés  que  celles  présentes  à  Obigies, n’hésitez  pas  à  m’envoyer  une  photo  que  je  publierai  sur  le  blog, pour  les  visiteurs  intéressés. Merci  d’avance  et  bons  travaux  de  début  d’automne  au  jardin.

Si vous trouvez ce blog jardin intéressant et désirez être prévenu de la parution d’ une nouvelle note, vous avez la possibilité de vous abonner à une newsletter en cliquant sur la fenêtre  » suivre  » se trouvant en bas à droite de votre écran. A très bientôt peut-être !

Patrick depuis un jardin d’ Obigies

Réf.Biblio.: – « Jardins  d’eau »  de  J-Cl. Arnoux  aux  Ed. Larousse et l’ excellent site Rustica.fr

Une élégante visiteuse : La Bergeronnette des ruisseaux – Grote gele Kwikstaart

Pour la deuxième année consécutive, j’ ai la chance de pouvoir observer au bord de la mare, un très bel oiseau coloré, au vol onduleux et attiré certainement par le bruit de l’ eau sortant de la pompe et s’ écoulant sur des pierres plates disposées dans le bassin de lagunage. Je vous propose de faire connaissance avec la Bergeronnette des ruisseauxMotacilla cinerea .

Souvent confondue avec sa  » cousine  » la Bergeronnette printanière , la B. des ruisseaux a une queue plus longue et des pattes de couleur rose, plutôt que noire chez les B. printanière et grise. Comme son nom l’ indique, elle est très dépendante de l’ eau courante. Elle niche le long des torrents et rivières des collines et des montagnes.

En dehors de la saison de nidification, elle gagne les régions basses et nous pouvons alors la rencontrer au bord de presque tous les types de milieux aquatiques. La B. des ruisseaux migre de septembre à octobre en bord de Méditerranée et en Afrique du Nord. Certains oiseaux de l’ Europe méridionale sont sédentaires et nous pouvons observer des sujets hivernant en Europe centrale, le long des cours d’ eau non encore figés par le gel.

Caractérisée par un vol onduleux et par des mouvements saccadés de la queue, elle se nourrit principalement d’ insectes aquatiques et de larves, parcourant les rochers et rives, capturant ses proies au sol et au bord de l’ eau. Elle revient sur ses lieux de reproduction de mars à avril, confectionnant son nid entre les pierres et racines du rivage ou dans le trou d’ une construction en bordure de rivière ( pont, ancien moulin … ). Son nid est constitué de brins d’ herbe, petites racines, mousse, fibres végétales, poils . La femelle pond de 4 à 6 oeufs et le couple va couver de 12 à 14 jours. Une deuxième nichée est possible de juin à juillet.

En espérant pouvoir vous présenter bientôt un nouveau visiteur du jardin, je vous souhaite de faire également de belles observations dans votre jardin. N’ hésitez pas en faire part via un commentaire en bas de cette note.

A bientôt !

Patrick depuis un jardin d’ Obigies

Une nouvelle visiteuse du jardin : La Gallinule poule d’ eau

Après l’ avoir aperçue brièvement, il y a quelques années, nous avons eu ce matin, la surprise et le plaisir de la revoir au milieu des nénuphars et se baladant autour de la mare. Visiblement, elle s’ y plaisait, sortant régulièrement de la mare pour explorer les parterres autour du plan d’ eau. Je vous la présente: la Gallinule poule d’ eauGallinula chloropus.

Mais faisons plus ample connaissance avec cet oiseau, assez commun et vivant dans les zones humides et cours d’ eau à végétation dense.

De taille moyenne ( L. 27 à 31 cm ), sombre avec une queue assez longue, longues pattes vertes et longs orteils, et se différencie de sa cousine la Foulque macroule par son bec rouge à pointe jaune.De couleur gris ardoise foncé, elle présente une ligne blanche le long des flancs et sous-caudales latérales blanches. On observe facilement ces hochements de queue lorsqu’ elle marche et mouvements de tête quand elle nage.

Son nid est généralement caché dans la végétation dense et se présente comme une corbeille munie d’ un toit. Le mâle et la femelle, une fois le couple formé, restent fidèles jusqu’ à la mort de l’ un ou de l’ autre. Les femelles peuvent pondre dans le nid d’ une autre et les adultes peuvent adopter ou enlever les poussins d’ autres femelles pour les élever. Les petits sont élevés par les deux parents. Un couple de poules d’ eau peut avoir jusqu’ à quatre couvées chaque année, de mai à septembre. A noter que les jeunes de la première couvée aident leurs parents à élever ceux de la seconde. Les poussins comme ceux de la Foulque macroule sont noirs à bec rouge mais sans collerette jaune brunâtre. Ils sont nourris jusqu’ à ce qu’ ils apprennent à trouver leur nourriture seuls, soit environ deux semaines.

Ci-dessous, une juvénile photographiée aux Marais d’ Harchies. A remarquer: le bec n’ est pas encore rouge.

Réf. Bibl.: – Le Guide ornitho de K. Mullarney, L. Svensson, D. Zetterström, P.J. Grant aux Ed. Delachaux et Niestlé

A bientôt pour d’ autres nouvelles et photos depuis le jardin d’ Obigies.

Patrick

Création du jardin ( 2 ): suite des plantations

La mare étant terminée, les haies de charmes et de hêtres pourpres plantées, il restait encore la plantation des vivaces, graminées et bambous autour de la mare et sur la butte en forme de haricot obtenue avec la terre entreposée au moyen de l’ excavatrice.

Pose des pots avant la plantation avec de G. à D.: Symphorines  » Mother of Pearl «  , Perovskia atriplicifolia  » Blue Spire «  appelée également Sauge de Russie, Cornus controversa variegata , Cornus Kousa, Bambou Pleioblastus variegatus et devant le noyer: Miscanthus Zebrinus et Fastuosa.

KF2-2206

En 2016, quelques plants de Symphorines firent place à 3 Hydrangea arborescens  » Annabelle « .

La photo ci-dessous présente la partie avant du parterre  » haricot » . De G. à D. : le Pin Parasol ( Pinus Pinea ) et le Pommier ornemental ( Malus Evereste )

KF2-2206
KF2-2206

Neuf années ont passé, sous le Pin Parasol, les graminées Stipa Tenuissima et le couvre-sol Pachysandra occupent bien l’ ant-plan du parterre.

Mais venons autour de la mare avec cette photo la présentant dénuée de plantations.

A l’ avant-plan : un massif d’ Achémilles ( Alchemilla Mollis ) et sur le côté: les graminées  » Stipa tenuissima  » appelées également  » cheveux d’ ange « , les Carex Buchananii, les Festuca glauca  » Meerblau  » et à l’ arrière-plan: les Pennisetum japonicum et les Miscanthus  » Red Silber « 

 

Voici pour terminer cette deuxième note à propos des plantations, une vue générale depuis la maison alors que les plantations et semis de pelouse autour de la maison n’ ont pas encore été exécutés. La suite fera l’ objet d’ un prochain article.

A bientôt et merci de votre lecture et de vos prochaines réactions !

Patrick depuis  » un jardin d’ Obigies « 

Création du jardin – Tuin creatie – Garden creation

Jardin 004

Après  14  années  d’ aménagement  et  de  plantations, il  était  temps  de  vous  montrer  l’ état  du  terrain  lors  de  l’ achat : des  bouleaux  juste  abattus, des  cabanes  ayant  abrité  différents  animaux  de  basse-cour, canards, poules, moutons, au fond  un  noyer  qui  sera  conservé  et  quelques  arbres  fruitiers  que  nous  abattrons  et  désoucherons  avant  de  faire  labourer  par  un  agriculteur  du  village.

C’ est en nous baladant autour du mont St Aubert et le long de l’ Escaut à Obigies que Nicole et moi avons aperçu le panneau  » A vendre «  sur ce terrain situé à la Grand rue. La vue en fond de terrain sur notre chère colline régionale nous a plu immédiatement.

Les  quelques  photos  qui  suivent  démontrent  les  différentes  étapes  de  la  confection  de  la  mare  autour  de  laquelle  le  jardin  sera  élaboré.

Première étape: le creusement au moyen de l’ excavatrice. Aux commandes: mon ami et concepteur du jardin Christian Malice de l’ entreprise  Les  Jardins  renaturés http://www.jardinsrenatures.be

Pose de la membrane géotextile destinée à protéger des cailloux et de la membrane d’ étanchéité de type EPDM de marque Firestone et d’ épaisseur d’ 1 mm.

Après avoir rempli le fond de la mare afin de pouvoir tendre la membrane, placement et fixation des planches d’ Azobé ( bois exotique imputrescible ) sur des piquets placés sur son pourtour .

Remplissage de la mare

Ci dessous : Vue du fond du terrain après la plantation de la haie de charmes, séparant le bosquet à G. comprenant 3 Bouleaux de l’ Himalaya ( Betula utilis  )– et  2  Sorbiers  de  l’ oiseleur ( Sorbus aucuparia ), du verger contenant 2 pommiers: 1 Belle de Boskoop et 1 Reinette étoilée , 2 Poiriers: 1 Conférence et 1 Doyenné de Comice, 1 Prunier Altesse Double et 1 Pêcher

Une autre vue mais depuis le fond du terrain. A D. subsiste encore un ancien pommier qui sera rapidement supprimé au profit d’ arbustes ornementaux et d’ une haie de Photinia  » Red Robin « 

Voici maintenant une vue prise lors de l’ été 2015 présentant une partie du verger et le potager dans sa première disposition.

Les plantations autour de l’ étang et de la maison feront l’ objet d’ une prochaine note. Merci de votre intérêt et à bientôt pour d’ autres nouvelles et photos.

Patrick depuis un jardin d’ Obigies.


La mare: le petit oasis du jardin

Bergeronnette des ruisseaux ( Un jardin d' Obigies - B. - 19/10/2018 )        Avec  la  sécheresse  et  les  températures  élevées  constatées  en ce printemps, la  mare  est  fort  fréquentée. Les  oiseaux  se  bousculent  pour  s’ y  baigner  et  s’ abreuver, ce qui  nous  permet  de  belles  observations. La  plus  intéressante  fut  la  visite  régulière  de  la  Bergeronnette  des  ruisseaux. Lire la suite « La mare: le petit oasis du jardin »