Une élégante visiteuse : La Bergeronnette des ruisseaux

Pour la deuxième année consécutive, j’ ai la chance de pouvoir observer au bord de la mare, un très bel oiseau coloré, au vol onduleux et attiré certainement par le bruit de l’ eau sortant de la pompe et s’ écoulant sur des pierres plates disposées dans le bassin de lagunage. Je vous propose de faire connaissance avec la Bergeronnette des ruisseauxMotacilla cinerea .

Souvent confondue avec sa  » cousine  » la Bergeronnette printanière , la B. des ruisseaux a une queue plus longue et des pattes de couleur rose, plutôt que noire chez les B. printanière et grise. Comme son nom l’ indique, elle est très dépendante de l’ eau courante. Elle niche le long des torrents et rivières des collines et des montagnes.

En dehors de la saison de nidification, elle gagne les régions basses et nous pouvons alors la rencontrer au bord de presque tous les types de milieux aquatiques. La B. des ruisseaux migre de septembre à octobre en bord de Méditerranée et en Afrique du Nord. Certains oiseaux de l’ Europe méridionale sont sédentaires et nous pouvons observer des sujets hivernant en Europe centrale, le long des cours d’ eau non encore figés par le gel.

Caractérisée par un vol onduleux et par des mouvements saccadés de la queue, elle se nourrit principalement d’ insectes aquatiques et de larves, parcourant les rochers et rives, capturant ses proies au sol et au bord de l’ eau. Elle revient sur ses lieux de reproduction de mars à avril, confectionnant son nid entre les pierres et racines du rivage ou dans le trou d’ une construction en bordure de rivière ( pont, ancien moulin … ). Son nid est constitué de brins d’ herbe, petites racines, mousse, fibres végétales, poils . La femelle pond de 4 à 6 oeufs et le couple va couver de 12 à 14 jours. Une deuxième nichée est possible de juin à juillet.

En espérant pouvoir vous présenter bientôt un nouveau visiteur du jardin, je vous souhaite de faire également de belles observations dans votre jardin. N’ hésitez pas en faire part via un commentaire en bas de cette note.

A bientôt !

Patrick depuis un jardin d’ Obigies

Une nouvelle visiteuse du jardin : La Gallinule poule d’ eau

Après l’ avoir aperçue brièvement, il y a quelques années, nous avons eu ce matin, la surprise et le plaisir de la revoir au milieu des nénuphars et se baladant autour de la mare. Visiblement, elle s’ y plaisait, sortant régulièrement de la mare pour explorer les parterres autour du plan d’ eau. Je vous la présente: la Gallinule poule d’ eauGallinula chloropus.

Mais faisons plus ample connaissance avec cet oiseau, assez commun et vivant dans les zones humides et cours d’ eau à végétation dense.

De taille moyenne ( L. 27 à 31 cm ), sombre avec une queue assez longue, longues pattes vertes et longs orteils, et se différencie de sa cousine la Foulque macroule par son bec rouge à pointe jaune.De couleur gris ardoise foncé, elle présente une ligne blanche le long des flancs et sous-caudales latérales blanches. On observe facilement ces hochements de queue lorsqu’ elle marche et mouvements de tête quand elle nage.

Son nid est généralement caché dans la végétation dense et se présente comme une corbeille munie d’ un toit. Le mâle et la femelle, une fois le couple formé, restent fidèles jusqu’ à la mort de l’ un ou de l’ autre. Les femelles peuvent pondre dans le nid d’ une autre et les adultes peuvent adopter ou enlever les poussins d’ autres femelles pour les élever. Les petits sont élevés par les deux parents. Un couple de poules d’ eau peut avoir jusqu’ à quatre couvées chaque année, de mai à septembre. A noter que les jeunes de la première couvée aident leurs parents à élever ceux de la seconde. Les poussins comme ceux de la Foulque macroule sont noirs à bec rouge mais sans collerette jaune brunâtre. Ils sont nourris jusqu’ à ce qu’ ils apprennent à trouver leur nourriture seuls, soit environ deux semaines.

Ci-dessous, une juvénile photographiée aux Marais d’ Harchies. A remarquer: le bec n’ est pas encore rouge.

Réf. Bibl.: – Le Guide ornitho de K. Mullarney, L. Svensson, D. Zetterström, P.J. Grant aux Ed. Delachaux et Niestlé

A bientôt pour d’ autres nouvelles et photos depuis le jardin d’ Obigies.

Patrick

Devine qui vient manger au jardin ces 6 et 7 février 2021 ?

Chaque  hiver  depuis  2004, l’ association  Natagora  invite  les  particuliers  à  observer  et  compter  les  oiseaux  qui  visitent  leur  jardin. Cette  opération  » Devine  qui  vient  manger  au  jardin. » est  également l’occasion  de  faire  découvrir  au  plus  grand  nombre, les  espèces  d’oiseaux  de  nos  jardins.

Lire la suite « Devine qui vient manger au jardin ces 6 et 7 février 2021 ? »

Le troglodyte mignon : un petit visiteur ailé très remuant

Troglodyte mignon au jardin d' Obigies

Je  poursuis  la  présentation  des  oiseaux  que  vous  pourriez  observer  au  jardin  en  vous  proposant  aujourd’hui  de  mieux  faire  connaissance  avec cette  petite  boule  au  plumage  brun  roux  strié  de  part  en  part  et  à  la  petite  queue  souvent  relevée: le  troglodyte  mignon.

Lire la suite « Le troglodyte mignon : un petit visiteur ailé très remuant »

Le rouge-gorge familier: un petit compagnon de nos travaux d’ hiver

Rougegorge familier ( Zélande - NL. - 19/12/2017 )

Avec  l’approche  de  l’hiver, vous  l’aurez  certainement  aperçu  dans  votre  jardin. De  nature  très  curieuse, il  vous  accompagne  dans  vos  travaux  de  taille. Je  parle  bien sûr  du  Rouge-gorge  familier. Encouragé  par  une  température  clémente  et  une  lumière  qui  lui  serait  avantageuse, le  rouge-gorge  que  j’observais  depuis  quelques  jours  s’est  enfin  laissé  approcher. Lire la suite « Le rouge-gorge familier: un petit compagnon de nos travaux d’ hiver »

Le chardonneret : un des plus élégants visiteurs du jardin

Chardonneret élégant sur cardère ( Obigies - 15/10/2016 )

Je  l’ avais  déjà  aperçu  aux  mangeoires  il  y  a  quelques  années, lors  d’ un  hiver  particulièrement  rigoureux, mais  qu’ elle  ne  fut  ma  surprise  lorsque, en  travaillant  dans  le  potager  et  percevant  un  cri  que  je  ne  connaissais  pas, je  remarque  un  chardonneret  élégant, se  gavant  des  graines  de  cardère, appelé  également   » cabaret  des  oiseaux « . Cette  plante  que  l’ on  trouve  dispersée  en  bordure  de  sentiers  et  zones  plus  sauvages, avait  été  installée  avec  l’ objectif  avoué  d’ y  attirer  un  des  oiseaux  les  plus  colorés  de  nos  jardins, excepté  le martin pêcheur, que  j’ ai  la  chance  d’ accueillir  et  observer  régulièrement  au-dessus  de  la  mare. Lire la suite « Le chardonneret : un des plus élégants visiteurs du jardin »

Nouvelle visite de Martin, la flèche bleue

Martin-pêcheur ( Un jardin d' Obigies - B. - 11/9/2018 )

Ce 12 septembre, en fin de journée, la flèche bleue revient scruter la mare en quête de poissons rouges. Perché sur le saule noueux, perchoir inhabituel pour une plongée vers la mare, il me donne une nouvelle fois l’ occasion de vous partager quelques clichés sympathiques, valorisés par une lumière orangée de cette fin de journée d’ été.

Au plaisir de vous proposer d’ autres photos et notes . Merci de votre fidélité .

Patrick depuis  » Un jardin d’ Obigies « 

IMG_3343

Le retour de Martin …le pêcheur

Martin-pêcheur ( Un jardin d' Obigies - B. - 12/11/2018 )

Il  s’ était  montré  discret  ces  dernières  années  mais  depuis  quelques  jours, il  a  retrouvé  le  chemin  de  la  mare  et  ses  poissons  rouge.

Cet  après-midi, je  l’ attendais, posté  à  la  fenêtre  ouverte  du  salon  et  muni  du  télé-objectif. La  chance  m’ a  souri  car  la  vue  de  la  « flèche  bleue »  est  une  aubaine  pour  tout  amoureux  de  la  nature  et  passionné  d’ oiseaux. Lire la suite « Le retour de Martin …le pêcheur »

Clin d’oeil d’une petite mésange hésitant à prendre son envol

IMG_2661

Depuis  quelques  jours  je  pouvais  observer  les  allées  et  venues  du  couple  de  mésanges  charbonnières  vers  le  nichoir  placé  dans  le  noyer. Et  aujourd’hui, j’ai  le  plaisir  de  surprendre  cette  jeune  mésange  charbonnière, prenant  la  température  avant  un  premier  envol  qui  ne  saurait  tarder. L’envol  de  la  petite  famille  est  imminent, cela  nous  vaudra  certainement  l’occasion  de  beaux  moments  d’observation.

L’ après-midi, les oisillons  ont pris  leur  envol  et  j’ai  pu  observer  le  nourrissage  des  jeunes  mésanges, perchées  dans  les  arbres  fruitiers.

IMG_9122

D’autres  photos  et  nouvelles  de  la  vie  présente  au  jardin  dans  les  prochaines  notes !

A  bientôt !

Patrick

Premiers envols de la petite mésange bleue

Le  jardin  se  veut  très  accueillant  et  les  oiseaux  y  séjournent  volontiers. Les  nombreuses  haies: charme, hêtre  pourpre, houx, troène  et  les  massifs  de  bambous  sont  autant  d’endroits  favorables  à  une  nidification  réussie.La sécheresse  actuelle  rend  la  mare  particulièrement  attractive  et  les  baignades  sont  nombreuses. Cela  me  permet  de  les  observer  et  de  pouvoir  les  photographier  pour  vous  offrir  de  temps  en  temps  quelques  clichés  pris  sur  le  vif.

Ces  dernières  semaines, j’ai  pu  observer  des  oisillons  faire  leur  premiers  envols: mésange bleue, merle noir, moineaux, tourterelle  turque, pigeon  ramier. Voici  quelques-uns  des  derniers  sujets  observés.

Mésange bleue à Obigies

A  bientôt  pour  d’ autres  nouvelles  des  petits  visiteurs  du jardin !

Patrick  depuis  un  jardin  d’ Obigies