Le rouge-gorge familier: un petit compagnon de nos travaux d’ hiver

Rougegorge familier ( Zélande - NL. - 19/12/2017 )

Avec  l’approche  de  l’hiver, vous  l’aurez  certainement  aperçu  dans  votre  jardin. De  nature  très  curieuse, il  vous  accompagne  dans  vos  travaux  de  taille. Je  parle  bien sûr  du  Rouge-gorge  familier.

Encouragé  par  une  température  clémente  et  une  lumière  qui  lui  serait  avantageuse, le  rouge-gorge  que  j’observais  depuis  quelques  jours  s’est  enfin  laissé  approcher.

Faisons  plus  ample  connaissance  avec  ce  petit  passereau  qui  se  laisse  parfois  apprivoiser  par  l’homme  mais  qui  peut  être  très  intolérant  et  agressif  envers  les  oiseaux  de  la  même  espèce  et  du  même  sexe.

Rouge gorge familier ( Obigies - B. - 19/11/2017 )

Description : De  petite  taille (14 cm), l’adulte  est  reconnaissable  à  sa  poitrine  rouge  orangé. Les  petits, au  plumage  marron  terne  moucheté, ressemblent  aux  petits  du  merle  noir. Le  chant  mélodieux  et  flûté  se  fait  entendre  toute  l’année  sauf  en  juillet  et  surtout  le  matin. Il  émet  aussi  un  son  métallique: « tic-tic-tic ».

Habitat : Peu  farouche, il  n’hésite  pas  à  s’approcher des  jardiniers  pour  attraper  un  ver  de  terre  ou  une  larve, voire  manger  dans  leur  main. Fin  octobre, certaines  espèces  venues  des  pays  nordiques  s’installent  chez  nous  pour  passer  l’hiver. Celui  que  vous  voyez  actuellement  n’est  peut-être  pas  celui  que  vous  avez  observé  en  été.

IMG_7114-001

Reproduction : Il  niche  dans  une  cavité (p.ex. sur  un  mur)  ou  à  l’intérieur  d’un  bâtiment, voire  dans  un  nichoir  avec  une  ouverture  sur  le  devant. Couvées: jusqu’à  5  par  an. Ponte: 3 à 5 oeufs  vert  très  pâle  avec  des  taches  marron  roux. Incubation: 12 à 15  jours. Les  petits  quittent  le  nid  12 à 15 jours  après  l’éclosion.

Rouge-gorge familier - Erithacus rubecula à Obigies

Alimentation : Insectivore, il  se  nourrit  principalement  d’insectes, de  larves  et  autres  invertébrés. Son  bec  fin  ne  lui  permet  pas  de  bien  ouvrir  les  graines. Il  visite  les  mangeoires, notamment  si  elles  contiennent  des  insectes  vivants. Il  mange  parfois  des  têtards  et  du  poisson.

Réf. Biblio. :  » Attirez  les  animaux  dans  votre  jardin «  de  John  A. Burton  aux  Ed. Artémis –  » La nature au service du jardin  » de Denis Pépin et Georges Chauvin aux Ed. Terre vivante et le livre de mon ami photographe nature Benoit Huc  » Accueillir les oiseaux au jardin  » aux Ed. Ulmer

Je  vous  souhaite  cette  charmante  compagnie  lors  de  vos  travaux  d’ hiver  et  vous  dis  à  bientôt  pour  découvrir  d’ autres  visiteurs  remarquables au jardin !

Patrick  depuis  Un  jardin  d’ Obigies

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s