Epimedium grandiflorum, un couvre-sol à la floraison généreuse

Epimedium

Je  voudrais  vous  présenter  ici  une  vivace  utilisée  en  couvre-sol, qui  vous  ravira  par  son  feuillage  délicat, composé  de  folioles  luisantes  en  forme  de  coeur, longues  de  5 à 8 cm  et  au  coloris  variable  suivant  la  saison.

De  teinte  rougeâtre  au  printemps, les  feuilles  verdiront  et  l’automne  venu, adopteront  des  tons  de  bronze  et  de  rouge.

Feuilles d' Epimedium

A  la  fin  du  printemps, de  délicats  rameaux  de  fleurs  roses, jaune  pâle, blanches  ou  lavande, ressemblant  à  de  minuscules  mitres  d’évêque, éclosent  sur  des  tiges  raides. La  variété  présente  au  jardin  est  l’Epimedium X Warleyense. Les  pieds, hauts  de  25  à  30 cm, forment  peu  à  peu  de  larges  touffes.

Epimedium

Les  épimèdes  appelés  également « Herbe  de  la  lande »  ou  « Mitre  d’évêque »  prospèrent  en  situation  légèrement  à  très  ombragée, le  long  des  allées  et  sous  les  arbres, sur  de  petites  surfaces  permettant  d’apprécier  la  texture  de  leur  feuillage. Elles  se  développent  le  mieux  dans  un  sol  léger, humide  et  bien  drainé, riche  en  matière  organique.

Plantez  au  printemps  ou  en  automne  les  pieds  obtenus  par  division  en  les  espaçant  de  20  à  25 cm. Paillez  pour  conserver  l’humidité  et  décourager  les  mauvaises  herbes. Au  début  du  printemps, il  est  conseillé  de  couper  les  pieds  au  ras  du  sol  avec  des  cisailles  pour  découvrir  les  fleurs  naissantes.IMG_6965_modifié-1

A  bientôt  pour  d’ autres  photos  et  notes  au  fil  des  saisons !

N’ hésitez  pas  à  vous  abonner  à  la  newsletter  en  cliquant  sur  la  fenêtre   » suivre  » en  bas  à  droite  de  votre  écran

Réf.biblio.: Encyclopédie  Time-Life  « Plantes vivaces »  de  James Underwood Crockett

Un commentaire sur “Epimedium grandiflorum, un couvre-sol à la floraison généreuse

  1. Bonjour, l’Epimedium est effectivement un bon couvre-sol (la mienne est placée au pied d’un pommier basse-tige) mais comme pour le bambou: quelle invasion! Il faut sans cesse la recouper pour contenir la plante dans des limites raisonnables. Elle envahit tout ce qui se trouve autour d’elle. Je vais même devoir déterrer des touffes. Si quelque un en veut… je suis sur Woluwe-St-Lambert.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.